Article du 05/01/2012 à 10:28
35 entrepreneuses de Poitou-Charentes à Strasbourg !
Trente-cinq picto-charentaises autour d'Élizabeth Morin-Chartier devant les drapeaux européens. (photo DR)
Le 12 décembre, à 7 h 45, en gare de Poitiers, un groupe de femmes, trente-cinq au total, a pris le train pour Strasbourg, destination le Parlement européen, pour une visite guidée, par la députée européenne Élizabeth Morin-Chartier, élue de la très grande région 'Grand ouest': Bretagne - Pays de Loire - Poitou-Charentes.

Le point commun de ces
35 femmes ? Être des femmes chefs d'entreprises, consultantes, auto entrepreneuses, actives dans le monde associatif ou la vie politique, bref, actrices dans leur vie professionnelle avec une envie de faire partager leur aventure. À leur tête, une jeune entrepreneuse, Coralie Baudelet Denoues qui, il y a un an a créé l'association 'Entreprendre au féminin en Poitou-Charentes' dont le siège est à Mazières-en-Gâtine, dans les Deux-Sèvres, à une soixantaine de kilomètres de Surgères. L'antenne de Charente-Maritime s'est constituée un peu plus tard avec, à la tête, Cendrine Velthier, qui a créé son entreprise à Aigrefeuille-d'Aunis « afin de goûter à la liberté d'entreprendre ».

Strasbourg
Une rencontre entre Coralie et Élizabeth Morin-Chartier a été le déclencheur de ce voyage. Notre députée européenne est vice-présidente à l'égalité des citoyens et aux droits des femmes. Elle est également coordinatrice de la commission des affaires sociales et de l'emploi. Dans ce cadre, elle a proposé à l'association de visiter le parlement européen en sa compagnie et d'assister à une séance de discussions. La délégation a donc été reçue de manière très amicale et enjouée par la députée et ses conseillers parlementaires, tous prêts à répondre aux questions avec simplicité. Le parlement est un bâtiment rond à la fois très imposant et aéré. Une grande cour intérieure ovale à l'air libre permet de se retrouver devant la boule de verre intitulée 'Terre Unie', une oeuvre réalisée par le couple polonais Beata et Tomasz Urbanowicz et offerte par la ville de Wroclav en Pologne au Parlement européen, le 11 mai 2005.
Après avoir passé tous les contrôles, la délégation s'est installée dans une salle et là, a découvert le travail des députés au quotidien, à Bruxelles durant 3 semaines, puis à Strasbourg durant une semaine, soit quatre jours de travail parlementaire chaque semaine. Un travail dense, intense, pour mettre en place les décisions des chefs d'État de l'Union européenne qui donnent les orientations de la politique à suivre lors des grands rassemblements.
Élizabeth Morin-Chartier insiste sur le fait qu'au Parlement, on discute, on échange, on dialogue. « Rien à voir avec les Parlements nationaux » car au Parlement européen, il n'y a pas de majorité. Il faut donc trouver des points d'entente avec d'autres partis pour constituer des majorités.
Sept cent cinquante et un députés, 23 langues, une transparence totale, on ne donne pas son pouvoir, il faut de la discipline et de la clarté dans cette institution.

Femmes
Trente-sept pour cent du Parlement européen sont féminines. La France a la parité, celle-ci a tendance à s'ancrer un peu plus à chaque élection dans tous les pays, et plus particulièrement dans ceux du nord. Les femmes sont traitées à pied d'égalité avec les hommes et il y a même une crèche pour les nouvelles mamans. C'est pour toutes ces raisons que la démarche proposée par Coralie et Élizabeth Morin-Chartier est une démarche de chef d'entreprise et de femmes citoyennes d'Europe. « Tous les citoyens et toutes les citoyennes ont quelque chose à voir avec l'Europe », a rappelé plusieurs fois la députée, visiblement heureuse de faire partager sa vie. Les femmes ont bien sûr le droit d'entreprendre, à égalité avec les hommes, et tout doit être fait afin que l'équilibre, vie familiale vie professionnelle, soit harmonieux.
La délégation a ensuite pu assister à une session plénière du Parlement européen tout d'abord sur la décision d'une protection européenne pour les victimes de violences fondée sur le genre, de harcèlement, d'enlèvement, de traque ou de tentative de meurtre d'un état membre à l'autre, puis sur la procédure de demande unique en vue de la délivrance d'un permis unique autorisant les ressortissants de pays tiers à résider et à travailler sur le territoire d'un État membre et l'établissement d'un socle commun de droits pour les travailleurs issus de pays tiers qui résident légalement dans un État membre. Les sujets sont variés, il y en a pour toutes les commissions.

La célèbre cathédrale de Strasbourg avec devant une partie du marché de Noël. (photo A.-S. D.)
Actualité Flash info
Le dossier
Terra Lacta est au pied du mur : si l'entreprise ne crée pas de filiale commune avec Bongrain l'entreprise disparaîtra. Une alliance synonyme de restructuration où 237 emplois sont menacés.